Sauvegardes : back to basics !

Les sauvegardes sont des choses que trop peu de personne mettent en place… et pour cause, c’est souvent compliqué, et trouver le soft qui convienne bien est souvent une longue quête. Ensuite, il faut configurer des logiciels, et obtenir exactement ce que l’on veux est souvent une gageure…

Pour ma part, j’avais besoin de sauvegardes pour différentes choses :

  • mes sauvegardes perso (de la photo numérique et des données diverses, au total plusieurs dizaines de Go), je souhaite les faire sur mon NAS et aussi sur un support distant dans le cloud afin de me prémunir du vol notamment
  • des sauvegardes des données bureautiques de mes parents, pour ne pas les embêter avec des supports amovibles, la sauvegarde doit se faire à distance (quelques dizaines de Mo)
  • des sauvegardes de photo numériques sur disque dur externe pour des proches, en local

J’ai testé plusieurs solutions, Cobian Backup, Duplicati…

Cobian Backup fonctionne pas mal, je l’ai utilisé sur le PC de ma maman pour des sauvegardes sur une deuxième machine du foyer, via le réseau. Sauvegarde contraignante car il fallait que cette seconde machine soit allumée heure fixe pour que le sauvegarde se fasse… la sauvegarde devait donc passer à l’as assez souvent. Puis, cette seconde machine  à fini par être supprimée, exit la sauvegarde sur le réseau local donc. Comme j’ai un NAS connecté sur net via mon Raspberry Pi chez moi, je souhaitais donc transformer cette sauvegarde réseau local en sauvegarde à distance sur mon NAS via l’Internet. Je ne voulais pas que les données transitent en clair, exit donc cette solution qui ne sais faire que via FTP (non chiffré) ou via le système de fichier. Par ailleurs, Cobian Backup ne dispose d’aucun moyen de restauration simple, et selon le mode de sauvegarde, il ne conserve pas forcément arborescence… bonjour le boulot en cas de restauration…

J’ai testé sur ma machine Duplicati, solution qui paraissait complète, mais la aussi, pas assez paramétrable à mon gout… un miroir me suffit et il ne sais pas le faire à priori… il fait des archives ZIP avec les fichiers : ça consomme du temps et de la puissance pour rien, et en cas de corruption d’une archive c’est toutes les données contenues dans l’archive (100 Mo) qui sont perdues…

Enfin, il est difficile d’utiliser ces solutions dans le cadre de sauvegardes « à la demande » : dans tous les cas, il faut plusieurs cliques pour lancer la sauvegarde… je veux quelque chose qui fonctionne en un seul clic : on branche le disque externe, on double clique sur une icone et ça sauvegarde sans poser de questions !).

Bref, je trouve ces solutions trop complexes, et elles consomment toutes je trouve beaucoup trop de RAM pour leur « agent ».

J’ai donc remis le nez dans les solutions existantes, et je me suis arrêté sur… rsync ! Simple à configurer (on indique le répertoire source, la destination, et les éventuelles quelques options que l’on souhaite), il sait faire de la sauvegarde distante et via un canal chiffré sur n’importe quel serveur SSH, il ne consomme absolument aucune RAM en dehors des phases de sauvegarde puisqu’il n’est pas lancé. Enfin, on peut soit faire de la sauvegarde automatique (via les fonctions de tâche planifiées : planificateur de tâches sous Windows, cron sous Linux like), soit de la sauvegarde manuelle (double-clique sur une icone qui lance le script).

Chez moi, ma machine est sauvegardée sur mon NAS avec rsync, puis chaque nuit, mon serveur Raspberry Pi récupère ces data sur le NAS pour les envoyer en ligne sur mon compte Hubic, toujours avec rsync. Ça fonctionne bien, même si évidement la première sauvegarde prend du temps (plusieurs jours, on envoie pas comme ça des dizaines de Go sur une ligne ADSL…).

Sous Windows, j’ai recours à cwRsync.

Tags: ,

One Response to Sauvegardes : back to basics !

  1. NeX says:

    Retour intéressent.
    J’ai la même config.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *